top of page

La transition vers un numérique responsable : Green IT et sobriété numérique

Le changement climatique et les crises énergétiques incitent de plus en plus d'entreprises à adopter une approche responsable en matière de numérique. La sobriété numérique, tout comme la cybersécurité et la protection des données personnelles, doit désormais être prise en compte lors du choix de solutions numériques et de la mise en œuvre des pratiques.


Dans cet article, nous explorerons ce que signifie la sobriété numérique et comment les éditeurs de logiciels et les prestataires informatiques adaptent leurs offres pour un numérique plus respectueux de l'environnement.



La transition vers un numérique responsable : Green IT et sobriété numérique
La transition vers un numérique responsable : Green IT et sobriété numérique


Qu'est-ce que la sobriété numérique ?


La sobriété numérique consiste à utiliser de manière raisonnée et modérée les services numériques par les entreprises, les administrations et les particuliers. Cette approche vise à réduire l'empreinte écologique des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).


Les objectifs de la sobriété numérique


La sobriété numérique, selon Frédéric Bordage, fondateur du collectif GreenIT.fr, se résume à une utilisation du numérique dictée par la raison et une conscience des impacts de nos usages quotidiens. Il s'agit de développer une posture globale de sobriété en mettant en place des gestes quotidiens pour réduire l'impact environnemental.


Quels sont les impacts environnementaux du numérique ?


Au niveau mondial, le numérique représente une part significative de la consommation d'énergie, de l'eau et des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Les chiffres montrent que le numérique a une empreinte carbone équivalente à 2 à 3 fois celle de la France.


Quelles sont les origines de l'empreinte carbone du numérique ?


Principalement, l'empreinte carbone du numérique provient de la fabrication, de la distribution et du recyclage des équipements numériques (terminaux, smartphones, serveurs, etc.). Environ 78 % de cette empreinte est liée à ces activités, tandis que les usages (consommation d'électricité des terminaux, serveurs et datacenters) contribuent à hauteur de 22 %.


Comment mettre en place une démarche de sobriété numérique ?


Mettre en œuvre une démarche de sobriété numérique nécessite d'agir sur trois axes :


Axe 1 : Mesurer l'empreinte carbone du numérique en prenant en compte le cycle de vie du matériel utilisé et les activités numériques de l'entreprise.


Axe 2 : Choisir des solutions numériques partagées et durables en rationalisant les équipements informatiques, en utilisant des infrastructures mutualisées et en optant pour des logiciels respectant les principes d'écoconception.


Axe 3 : Adopter des gestes éco-responsables au quotidien, comme respecter les durées légales de conservation des documents, nettoyer régulièrement les boîtes mails et limiter l'impression papier.


L'offre numérique pour un numérique plus responsable


Traditionnellement axés sur l'innovation et la performance, les développements numériques sont désormais confrontés aux enjeux environnementaux. Pour réduire l'empreinte carbone des logiciels, les éditeurs se tournent vers l'écoconception en fabriquant des logiciels plus économes en énergie et en ressources.


Concilier transformation numérique et sobriété numérique


Trouver le bon équilibre entre la transformation numérique et la sobriété numérique est un défi pour les entreprises. Il est essentiel de privilégier une approche pilotée, qui vise à tirer profit des gains de productivité et des opportunités de réduction de l'empreinte carbone par le numérique, tout en restant conscient des impacts environnementaux et en adoptant des pratiques écoresponsables.


Enerj France s'engage dans une démarche écoresponsable. Découvrez notre approche visant à rendre notre activité plus sobre et plus respectueuse de l'environnement dans cet article.

Comments


bottom of page